Vers une anthropologie des mondes marchands contemporains

Un itinéraire de la glisse à la recherche en passant par la mode

Directrice de collection, c’est-à-dire chef d’orchestre dans la mode et plus particulièrement dans le secteur de la lingerie féminine et des maillots de bain, je suis passée de ce métier entre industrie, arts appliqués et délocalisations, au décryptage d’univers esthétiques de savoir-faire aussi divers : ceux déployés dans page web mais aussi ceux dont témoigne une collection d’outils anciens ou la scénographie d’un point de vente. Mon domaine de recherche se situe ainsi dans l’espace de rencontre entre l’art, la culture et les mondes marchands.

Cette transfiguration du banal, chère à Arthur Danto m’a conduite à faire une thèse dont le titre académique « L’artification du luxe dans le discours médiatique » peut se résumer ainsi : 

Comment transformer un sac à main en œuvre d’art ?

Avant de travailler dans la mode qui me passionnait depuis l’enfance , j’ai fait de la compétition au niveau international en voile, participé à la conquête de nouveaux territoires de glisse pour le windsurf  en Australie et pour le snowboard avec des premières féminines dans les Alpes et les Andes. Ce parcours atypique suscite souvent de l’incompréhension mais c’est le mien et ma réflexion est enrichie chaque jour par ces années d’engagement physique et mental.

Si j’ajoute que j’ai obtenu master et doctorat la cinquantaine venue, il n’est pas étonnant que certains peinent à suivre mes circonvolutions.

Aujourd’hui j’analyse les modes de vie contemporains à travers les objets et les usages dans une approche anthropologique et sémiologique.

Mes travaux donnent lieu à des publications dans des revues nationales & internationales et des communications dans des colloques et congrès nationaux & internationaux, ils sont consultables sur mon blog scientifique ARTY LUXE, Nouvelles Identités Visuelles sur la plateforme Hypothèses.

J’effectue des missions d’expertise appliquée à la valorisation des patrimoines culturels d’une entreprise ou d’un territoire et à la projection des stratégies de patrimonialisation sur  l’identité de marque (marque commerciale ou marque territoire).

Le phénomène ARTY qui a donné son nom à ce carnet de recherche est au cœur de mes travaux actuels, est-il le successeur du kitsch décrit en 1968 par Jean Baudrillard dans Le système des objets ?

Des publications sont en cours en préalable à un ouvrage, on peut me suivre sur :

Linkedin : https://www.linkedin.com/in/véronique-anderlini-pillet-3b946032/

Instagram : https://www.instagram.com/veralinea/

Le site de mon équipe de recherche, SIC.Lab Méditerranée de l’université Côte d’Azur, s’en fait quelquefois l’écho…http://www.siclab.fr

Véronique Pillet-Anderlini – Contact